Nicolas

aka Akimi, votre CM

il y a 4 mois

Lumière sur... #8 - Romain Caire, le dev qui va vous plaire

Sous son apparente nonchalance se cache un dév hors norme. Est-ce une exagération ? Vous allez vite le découvrir !

Déjà 8 épisodes de notre série "Lumière sur..." qui vous permet de découvrir un peu plus les coulisses de Shadow : ces personnes que vous n'avez sûrement jamais vues, mais qui pourtant font que Shadow est l'incroyable PC gaming dans le Cloud qu'il est aujourd'hui.

Notre star du jour fait un peu exception puisque pour nos plus anciens utilisateurs, il était un des visages du Shadow News à ses débuts : il s'agit de Romain Caire ! Entre anecdotes croustillantes sur l'histoire de Shadow et détails sur la vie de développeur, ce "Lumière sur..." réserve bien des surprises !

  • "Dev launcher", "dev apps", "dev ops", "dev client", "dev Alongoria"... on trouve autant de sortes de devs chez Shadow que de sortes de fromages en France (non, le but n'est pas de vous donner faim). Et toi Romain, quel type de dev es-tu et qu'est-ce que tu fais concrètement ?

Je suis un mélange entre un dev app et un dev client (ce qui est quasiment la même chose, haha). Pour faire simple, je travaille sur le développement du logiciel qui tourne sur le PC local (ou autre appareil) et qui va recevoir toute la puissance de Shadow. Je fais aussi en sorte qu'on s'assure que la technologie qu'on développe fonctionne aussi bien pour 5000 utilisateurs comme au début que pour le futur de Shadow - quand on aura conquis le monde avec 6 milliards d'utilisateurs.

Il y a aussi toute une partie de réflexion et de gestion des bugs, il faut alors travailler au mieux avec le support, le produit ou la QA pour faire en sorte que Shadow soit le plus stable possible. Quand la communauté remonte des bugs, il faut qu'ils soient pris en compte, priorisés et résolus au plus vite.

Enfin, je fais aussi de la veille technologique bien sûr. Le but pour moi est de toujours me tenir au courant de la direction que prend le monde de la tech : les usages, les innovations. Ça permet ensuite de rectifier ou bien d'assumer le plan qu'on a choisi pour atteindre notre milliard d'utilisateurs.

Concrètement, on peut dire que je tape toute la journée sur mon clavier (promis, je ne l'ai presque jamais blessé).

  • Tu as des exemples de features que tu as développées ? (point bonus si tu as une anecdote sympa sur son développement)

Une feature dont je serais fier ? Le premier client que j'ai sorti : celui d'Android. Les Early Bird s'en souviennent : on l'avait publié assez tard dans une nuit un jeudi et il ne fonctionnait pas du tout.

C'est là où j'ai vraiment rencontré la communauté Shadow, tellement j'ai dû échanger (@Canard à l'orange sur Discord) et travailler avec les Shadowers pour que l'app marche sur tous les téléphones Android du monde.

Ensuite il y a eu pas mal de features qui ont suivi : le client MacOS et le client Windows qu'on a dû développer très rapidement pour la sortie à l'époque des Martiens.

Sinon, plus récemment j'ai participé aux origines du client unifié qui est sorti avec la MàJ Copperfield et qui permet d'être iso-fonctionnel (un joli mot pour dire qu'on retrouve les mêmes features sur les différentes plateformes, en même temps).

Et dernièrement je travaille avec un certain opérateur Internet pour une sorte de dashboard permettant de lancer les jeux plus simplement...mais il faudra encore patienter pour que ça voie le jour !

  • On raconte que tu es le fils d'un SSD et d'une barrette de RAM et que ton acte de naissance est écrit en binaire. Est-ce vrai ? Quand as-tu vraiment commencé à "coder" et comment es-tu arrivé chez Shadow ?

En fait j'habitais à 25km de Tours et il n'y avait pas grand chose à faire chez moi et j'ai donc commencé à jouer à un jeu : Dofus.

Dans ce jeu il fallait farmer des ressources. J'ai décidé de me lancer dans l'écriture d'un petit bot avec un langage qui s'appelait "Autoit". Le but du bot était de farmer des ressources de manière automatique pendant que je regardais la TV. J'avais 15 ans.

Puis après j'ai commencé à m'y intéresser un peu plus : j'ai commencé à découvrir le C (à ne pas confondre avec son féminin) avec le fameux Site du Zéro (OpenClassroom de nos jours) et j'ai fini mon lycée puis fait une prépa ou j'étais encore en internat. J'avais donc encore un peu de temps libre et j'ai continué à programmer, à faire du C toujours.

Je me suis retrouvé en école d'ingé et étrangement j'ai maintenant un diplôme d’électronique et non d'informatique !

Pour Shadow, je connaissais Manu (Emmanuel Freund, notre Président) d'avant en fait. On travaillait ensemble sur des téléphones pour senior avec Asher (cofondateur de Shadow également). Manu est parti de cette première entreprise un peu moins d'un an avant que je ne rejoigne Shadow. A l'époque je faisais du dev Android. Il m'a appelé en me disant : "Romain, imagine que tu n'as plus à faire de dev Android parce qu'en fait tous les téléphones Android ne sont plus que des coquilles vides qui reçoivent une image envoyée depuis un datacenter." J'ai tout de suite accroché au projet et j'ai rejoint Shadow.

  • Tu fais partie des plus anciens de la boîte. Qu'est-ce qui fait que tu es toujours là ? Qu'est-ce qui a changé depuis que tu es arrivé ?

Le goûter à 16h.

Plus sérieusement, il y a des vrais challenges techniques et au fur et à mesure qu'on grossit et qu'à la fois la boite et le nombre d'utilisateurs grossissent il y a toujours de nouveaux défis pour optimiser Shadow. J'aime le fait qu'il faut toujours chercher à se dépasser pour faire mieux.

Ce qui a changé ? Avant, au goûter il y avait des Délichocs et maintenant il y a du houmous...

Quand je suis arrivé on était moins de 10, aujourd'hui on est 250 donc forcément on travaille différemment. On n'a pas les mêmes process mais ça reste toujours humain, ce que j'apprécie : on reste proche de nos utilisateurs, de notre produit. On a mis en place des façons de travailler qui ont évolué sur les 3 dernières années par besoin. Si je remonte dans le temps et que je regarde le fonctionnement à l'époque, c'est clairement le plus gros changement que je remarquerais.

  • Pour toi, Shadow c'est...

Un énorme challenge technique. Avant nous, beaucoup de gens ont échoué dans notre domaine et il n'y avait personne à l'époque capable de faire comme nous. On a réussi à garder cette avance d'ailleurs, vu que notre but c'était toujours de nous surpasser nous-mêmes.

  • On te donne un pouvoir incroyable : tu peux maintenant développer des fonctionnalités pour Shadow d'un claquement de doigts (au lieu desvoire centaines voire milliers de lignes de code nécessaires). Malheureusement, il y a une contrepartie : tu ne peux utiliser ce pouvoir que 2 fois, au risque de te transformer en cactus. A quelles nouveautés les Shadowers ont-ils droit ?

2 choses que les gens attendent depuis assez longtemps : la qualité dynamique et le double écran, même si ces features sont en phase de développement déjà.

Sinon si on veut voir plus grand : que Shadow devienne un opérateur Internet. Du coup on peut fibrer tous nos utilisateurs directement au datacenter !

  • L'humour dev, ce n'est pas une légende. Il existe, et c'est un fléau. Tu aurais un exemple de bonne blague de dev ?

"C'est un croquemort qui entre dans un bar et qui demande une bière."

Ou mieux :

*toc toc*

"Qui est-ce ?"

"C++"

  • A quoi tu joues ? Qu'est-ce que tu aimes dans ce/ces jeu/x ?

Dernièrement j'ai pas mal joué à Astroneer : un jeu de survie plutôt sympa. J'ai aussi pas mal joué à Diablo 3 et à Visual Studio 2019 (haha).

Je suis assez mauvais joueur et du coup je n'aime pas jouer à des jeux qui me frustrent comme League of Legends par exemple. Après l'avantage c'est qu'on peut blame son équipe donc ça va.

0